Jhatka

Jhatka

Armes pour Guru Gobind Singh Ji et à tour de rôle les Khalsa sont donnés le plus grand respect et le statut, semblable au respect accordé à Akaal Purakh . La composition poétique de Shri Shashtar Naam Maala en est la preuve. Traditionnellement, selon l’ancienne tradition guerrière khashatriya de l’Inde, pour que les armes soient traitées avec le respect qu’elles méritent, elles ont été décorées de sang, une forme de tilak , comme elles le sont aujourd’hui dans la tradition Nihang Singh.

Une façon d’appliquer le Tilak était par le biais de Jhatka, comme nous le verrons plus en détail ci-dessous.
Intégral à la manière traditionnelle de Shastar Pooja (le culte des armes à travers entre autres l’application de tilak sous forme de sang), est la réalisation de Jhatka d’un animal de préférence un bhakra (chèvre), tandis que Chandi di Vaar, un bani de au sein de Sri Dasam Granth Sahib Ji, est récitée. En entendant les derniers mots de ce bani ( Fir Na Jooni Aiya ) la tête est décapitée en une seule fois (Jhatka-Gatka)

ਫੇਰਿ ਨ ਜੂਨੀ ਆਇਆ ਜਿਨਿ ਇਹ ਗਾਇਆ ॥੫੫॥

Et cette personne qui le chante (Chandi Di Vaar), ne renaîtra pas.

Ang 325, Sri Dasam Guru Granth Sahib

En outre et par rapport à Jhatka , il y a un Sakhi situé dans le Sri Gurpartap Suraj Parkash Granth , où les Joganiya (esprits des champs de bataille) sont venus à Sahib Sri Guru Hargobind Sahib Ji, et ont demandé langar. Maharaj leur a offert le gourou Ka Langar , qu’ils ont décliné mais ont respectueusement demandé qu’ils consomment leur langar sur le champ de bataille.
En ce qui concerne le sakhi ci-dessus et afin de placer complètement ce contexte dans le visa vis à vis de la tradition et la maryada de Jhatka et pourquoi il fait partie intégrante du shashtar pooja et à son tour obligatoire pour le khalsa nous devons prendre en considération le fait que Sri Dasam Guru Granth Sahib Ji était connu sous le nom de Vishav Kosh (la connaissance de tous les granths) à l’époque puratane.
Sri Dasam Guru Granth Sahib Ji est un Granth dédié à la conscience sociopolitique, une conscience qui vient de l’intérieur de cette Granth et en tant que telle et afin d’obtenir pleinement cette conscience, une invocation au plus haut Jogani est obligatoire.

Regardons cela en contexte ..

Dans les temps anciens, les Singhs, avant d’aller en guerre, avaient l’habitude d’exécuter Akhand Paaths de Sri Dasam Guru Granth Sahib Ji pour demander à ces joginis de les aider sur le champ de bataille – assistance qui assurerait finalement la victoire du Khalsa sur le champ de bataille. .
La croyance était donc, en les invoquant – de les avoir en votre présence en s’engageant sur le champ de bataille, vous obtiendrez la victoire sur votre ennemi. Désormais quand un Akhand Paath Sahib ou Jaaps continu du Sri Dasam Guru Granth Sahib Ji (ou le banis intérieur), le Jhatka est obligatoire pour le Joganiya, se liant au sakhi de Sahib Sri Guru Hargobind Sahib Ji.
Dans différentes formes de Shastar, nous reconnaissons ces shastars comme étant une représentation du Jogani suprême (Chandi) donc dans Sri Hazoor Sahib Takhat Abchal Nagar, l’un des très rares Gurdwara Sahibs qui soutiennent la Maryada originelle de Sri Guru Gobind Singh Ji, les Shastars sont annoints avec un Tilak.

Jhatka n’est pas pour satisfaire son désir ou son goût. Maharaj illustre cela comme une caractéristique du Jogani suprême (Chandi) au sein d’Ath Chandi Charitar Ustat Barananan.

ਭਰੇ ਜੋਗਨੀ ਪਤ੍ਰ ਚਉਸਠ ਚਾਰੰ ॥

Bharai Joganee Pattar Chausatt Chaaran

Le plus haut Mahadevi (forme féroce de la mère de l’univers) / Jogani sur les 64 Joganis est Kalika, qui tient une Sarata Bata (Pattar) tout en pénétrant dans les 4 directions anéantissant les démons et buvant leur sang.

ਚਲੀ ਠਾਮ ਠਾਮੰ ਡਕਾਰੰ ਡਕਾਰੰ ॥

Chalee Ttham Tthaaman Dhakaaran Dhakaaran

Elle marche en avant les démons annihilants, et étancher sa soif de Dharam (droiture).

Le concept et la compréhension, ainsi que la philosophie concernant Jhatka, sont considérés comme une philosophie plutôt avancée, et ils doivent être lus et discutés avec la plus grande acceptation et la volonté de pouvoir penser à une plus grande échelle.

Within the Sri Adi Guru Granth Sahib Ji, it states: Au sein du Sri Adi Guru Granth Sahib Ji, il est dit:

ਸਿੰਘ ਰੁਚੈ ਸਦ ਭੋਜਨੁ ਮਾਸ ॥

Singh Ruchai Sad Bhojan Maas

Le Singh (lion) veut toujours manger de la viande

Ang 1180, Sri Adi Guru Granth Sahib Ji

 

Le gourou Sri Adi Granth Sahib Ji déclare également:

ਮਾਸੁ ਮਾਸੁ ਕਰਿ ਮੂਰਖੁ ਝਗੜੇ ਗਿਆਨੁ ਧਿਆਨੁ ਨਹੀ ਜਾਣੈ ॥

Maas Maas Kar Moorakh Jhagare Giaan Dhiaan Nahi Janai

The fools argue about flesh and meat, but they know nothing about meditation and spiritual wisdom.

Sri Guru Nanak Dev Ji, Ang 1289, Sri Adi Guru Granth Sahib Ji

Le gourou Nanak Dev Ji écrit dans le Guru Granth Sahib Ji:

ਮਾਤ ਪਿਤਾ ਕੀ ਰਕਤੁ ਨਿਪੰਨੇ ਮਛੀ ਮਾਸੁ ਨ ਖਾਂਹੀ ॥

Maat Pita Kee Rakhat Nippane Machhi Maas Na Khahee

Ils sont produits à partir du sang de leurs mères et pères, mais ils ne mangent pas de poisson ou de viande

Sri Guru Nanak Dev Ji, Ang 1289, Sri Adi Guru Granth Sahib Ji

Le Sri Adi Guru Granth Sahib Ji est un message universel. Le Sri Guru Granth Sahib Ji ne promeut ni ne rétrograde de nourriture car il met l’accent sur Giaan. Si un cerf est un herbivore ou un lion est un carinvore, leur régime alimentaire ne leur donnera pas un lien direct avec la libération de la renaissance, ce sont les actions qu’ils exécutent qui visent leur résultat spirituel. Le Sri Adi Guru Granth Sahib Ji est un message universel et il plaît à tous, quelle que soit l’idéologie qu’ils confient.
Le Sri Guru Granth Sahib Ji explique les caractéristiques d’un lion, et le nom Singh a été donné au Khalsa par Sri Guru Gobind Singh Ji. Il est à comprendre que beaucoup de gens utilisent certains Tuks du Bani de Bhagat Kabir Ji pour attaquer le concept de Jhatka, cependant le Sri Adi Guru Granth Sahib Ji est là pour nous aider spirituellement et pour nous garder d’une manière sainte.

Cependant, lorsque le Gurgaddi fut transféré de Sri Guru Gobind Singh Ji, le Guru Sri Adi Granth Sahib Ji, le Sri Dasam Guru Granth Sahib Ji (Vishav Kosh) et le Sri Sarabloh Granth Sahib Ji (Sri Manglacharan Puran) furent faits Guru.

Il convient de noter que Sri Dasam Granth Sahib Ji et Sri Sarabloh Granth Sahib Ji offrent des connaissances sur les affaires sociopolitiques et comment vivre la vie. Le Khalsa n’était pas un institut Nirmala, et les gens de nos jours ne doivent pas utiliser le Sri Guru Granth Sahib Ji comme un menu pour attaquer les autres, mais pour respecter les 3 Granth et voir les connaissances de tous les Guru Granth.

Sri Guru Gobind Singh Ji a écrit dans le Sri Bachittar Natak:

ਭਾਂਤਿ ਭਾਂਤਿ ਬਨਿ ਖੇਲ ਸਿਕਾਰਾ ॥ ਮਾਰੇ ਰੀਛ ਰੋਝ ਝੰਖਾਰਾ ॥੧॥Je suis allé à la chasse de divers types d’animaux dans la forêt et a tué des ours, des nilgais (taureaux bleus) et des élans.

Ang 143, Sri Dasam Guru Granth Sahib Ji

Sous la forme de Dusht Daman, Sri Guru Gobind Singh Ji chassait. C’était une pratique commune de Khalsa qui a été documentée dans Puratan Rehitnameh. Au sein du Bhai Daya Singh Ji (Panj Pyare) Rehatnama, il est dit:

ਖੇਲੈਂ ਨਿੱਤ ਸ਼ਿਕਾਰ ਬਨਨ ਮੈਂ, ਮਾਰਿ ਮ੍ਰਿਗ ਬਹੁ ਖਾਵੈਂ ।
Always partake in hunting, [practice] killing deer and then eat your hunt.

Cette tradition importante et obligatoire de Khalsa est cruciale pour plusieurs raisons;

Il sert à conditionner l’esprit des guerriers à ce que c’est que de tuer quelque chose, quelque chose qui est vivant un moment et mort le lendemain, quelque chose qui saigne et respire la même chose que nous. Si l’on s’attend à aller à la guerre et à se battre pour Dharam Yudh comme le Khalsa est tenu de le faire, il faut essayer de comprendre ce concept important … tuer n’est pas pour tout le monde, donc pourquoi cette maryada est pour le Khalsa seulement afin de conditionner les guerriers et les préparer pour les horreurs de la guerre. Posez-vous cette question … si vous n’arrivez pas à tuer une chèvre, comment pourriez-vous vous joindre au champ de bataille et vous attendre à vous battre?
En tuant la chèvre d’un coup d’une arme à lame, il a également servi le Khalsa avec d’importantes compétences militaires / de combat / d’entraînement. Tuer un homme par la décapitation dans les guerres d’antan était la meilleure façon pour le Khalsa de se battre car cela signifiait une mort rapide, cela signifiait que la victime ne pouvait plus se lever et vous attaquer, vous ou votre famille, et aussi gagner du temps. Ils étaient plus nombreux que les guerriers Khalsa qui devaient infliger des coups rapides et meurtriers pour combattre efficacement leurs armées ennemies massives.
Le cou d’une chèvre est connu pour être de taille et de construction égales à celles des humains. Ainsi, en tuant la chèvre à travers Jhatka , les guerriers Khalsa ont pu déterminer exactement la force nécessaire pour tuer leur ennemi afin de préserver l’énergie sur le champ de bataille. C’était et est toujours un exercice d’entraînement efficace pour Khalsa Warriors.
Une fois que le Bakra a été Jhatkad le sang de l’animal [qui est maintenant considéré comme n’étant pas sale mais pur comme il a été tué par une arme à lame et donc, être béni par Akaal purakh , comme Guru Gobind Singh Ji se réfère à la Kirpan et Khanda comme ses maîtres, une métaphore pour le Tout-Puissant] est utilisé comme Tilak pour être placé sur les armes de guerre comme cela a été la pratique rituelle des Guerriers Khashatriya .
Pour le Khalsa, les armes de guerre ne sont pas simplement des armes, elles sont une manifestation de l’ énergie d’ Akaal Purakh.

ਜੋ ਪੂਜਾ ਅਸਿਕੇਤੁ ਕੀ ਨਿਤ ਪ੍ਰਤਿ ਕਰੈ ਬਨਾਇ ॥ ਤਿਨ ਪਰ ਅਪਨੋ ਹਾਥ ਦੈ ਅਸਿਧੁਜ ਲੇਤ ਬਚਾਇ ॥੩੬੭॥

Jo Pooja Askait(u) Kee Nit Prit Kareh Banai. Tin Par Aapno Haath Deh Asidujh Lait Bachai.

Si vous adorez les armes tout le temps, vous aurez ma grâce et l’épée vous protégera.

Ang 2258, Sri Dasam Guru Granth Sahib

Le gourou Gobind Singh Ji s’explique magnifiquement à ce sujet, dans son bani au sein de Sri Dasam Granth.
La viande de l’animal Jhatka’d est ensuite utilisée comme Mahaa Parshad et distribuée comme Langar au Khalsa afin de leur fournir la protéine nécessaire pour construire le muscle et fournir de l’énergie lorsqu’ils sont engagés dans la guerre.
À la fois avant les shakes protéinés et tout en vivant dans la jungle, les marais et les grottes, les Khalsa mangeaient la viande d’un animal Jhatka’d . C’était et c’est toujours une facette nécessaire du guerrier Khalsa Maryada. De nouveau en mangeant de la viande, on considère que la mentalité du mangeur est affectée … pour les Guerriers Khalsa, c’était un résultat nécessaire et désirable car le Khalsa devait devenir «inconscient» pour faire la guerre au nom du Dharma. Guru Ji a reconnu qu’aucun saint n’avait jamais été à la guerre et par conséquent, le Khalsa a dû être moulé dans Sant-Sipahi un changement complet de psychisme à celui de la situation déséquilibrée et faible des Sants et des Brahmanes individuellement et en tant que communauté collective en Inde.
La peau de la chèvre était encore utilisée pour la fabrication des peaux de tabla et nagara (Kettle Drum), ainsi que des bases d’instruments à cordes. Ils servaient aussi de peaux pour les porteurs d’eau que tous les soldats étaient autorisés à avoir. Par conséquent, nous pouvons maintenant voir un côté pratique à la réalisation de Jhatka, ainsi que les aspects spirituels de ce sujet.
Finalement, Jhatka brise aussi le cycle de transmigration et libère l’âme de la chèvre. Cette pratique non seulement maintient l’esprit de guerrier vivant dans la panthère khalsa comme sanctionné par Guru Gobind Singh Ji mais aussi contre certaines vues mal informées qui crient de la cruauté envers les animaux etc. sert à libérer l’âme de l’animal, comme décrit dans Guru Gobind Singh Jis Bani, Chandi Di Var .
Le Sarab Loh Granth met l’accent sur Khasla Raaj avec l’utilisation de Bir Raas. Tout comme le corps physique exige de la nourriture / des vêtements / des assaisonnements, le Khalsa Raaj requiert Maya (illusion). Le corps physique a besoin de survivre et pour satisfaire ces besoins, Maya est nécessaire, pour acheter de la nourriture / vêtements, et financer l’empire etc.
Le Sarab Loh Granth (auteur gourou Hargobind Sahib Ji / principalement compilé par Guru Gobind Singh Ji) souligne le fait que Guru Nanak Devji est la manifestation du Parbéhem Parmeswar contrairement aux autres avtars qui étaient des incarnations de Vishnu. Sarabloh Granth ji affirme également catégoriquement que personne, y compris Durga, ne peut connaître les limites de Hari . Cependant Mahraaj mentionne aussi que sans Maya (illusion) et Laxmi (argent) on ne peut rien réaliser dans ce monde sans argent (Maya Laxmi) on va souffrir. Le gourou Gobind Singh Ji ordonne clairement que le Khalsa Panth récite et vénère Akaal (Dieu) seulement, le Sri Guru Granth sahib confesse également cela en déclarant “Sri Maya Jag Mohani”.